Et pendant ce temps là à Kinshasa. Une vie inhabituelle !

Vue de Sozacom, Kinshasa. Photo, droits tiers

Vue de Sozacom, Kinshasa. Photo, droits tiers

Lundi 19 janvier 2015, il est 6 heures du matin à Kintambo, l’une des 24 communes de la capitale de la RD Congo, Kinshasa.Allô, allô, il y a quelqu’un au bout du fil, bon je décroche, je fais un SMS, c’est mieux. Le réseau téléphonique est défectueux !

Echec : envoi message !!! Mais bon sang, qu’y a-t-il ?

J’essaie de t’envoyer un mail pour te faire un débriefing sur ce qui se passe à l’Université de Kinshasa en ce moment. Le peuple est en colère. Echec d’envoi mail !!! Nom de Dieu.

Facebook, twitter, whatsapp, viber, hors connexion, etc. configurer une nouvelle connexion ou un nouveau réseau. Décidément !!!

Le Congolais n’échoue jamais, dit-on. Avec un ami, on décide de faire un tour, mais avant cela, il nous faut mettre du carburant dans le véhicule. Surprise, la station est hors service!!! Fort heureusement, le pompiste était sur place. Nous l’avons aperçu et approché directement pour qu’il ait l’amabilité de nous servir un peu de fuel.

Nous sommes fermés, s’exclame-t-il !

Oui, mais nous on fait comment pour bouger de chez toi et pour ne pas obstruer le passage sur la voie publique, car notre réservoir est vide.

Bon, je fais ce qu’on m’a demandé de faire chers clients. Mais puisque vous insistez je vous fais une faveur exceptionnelle, je vous sers rapidement et s’il vous plaît gardez ça pour vous.

Faveur ? Merci tout de même!

Nous voici dans les rues et avenues de Kinshasa, la mégapole en phase de révolution embryonnaire.

On veut faire une petite escale au super marché Kinshasa-terre nouvelle pour acheter quelques vivres. Avant cela, on doit retirer un peu d’argent. Déception,  il est écrit : distributeur de billets offline !!! Veuillez contacter votre banquier dans la mesure du possible. En sortant de là, on se rend compte que même notre super marché est fermé avec un cadenas. Question d’éviter les pillages, j’imagine.

Premier jour, deuxième jour, troisième jour même situation. Une première à Kinshasa. Une vie inhabituelle.

Nous sommes au quatrième jour, les activités reprennent peu à peu.  Le projet de loi électorale en examen au niveau du Sénat devra être soit adopté, soit modifié, soit renvoyé au gouvernement pour une actualisation, au regard de la pression populaire qui sévit sur l’ensemble du pays. Presque.

Quoiqu’il advienne, la vie humaine doit être protégée par tous.

Victoire de l’opposition congolaise ? Tournant décisif du Congolais face à son destin ? Ou Occasion pour la majorité au pouvoir de façonner un dauphin ?

Wait and see !!!

Sifa ditalala

 

Laisser un commentaire