Guerre à Béni : MBUSA NYAMWISI témoigne. Interview exclusive « fictive »

Deuil à Béni. Photos droits tiers

Deuil à Béni. Photos droits tiers

Chers lecteurs, vous le savez déjà.  Béni, dans l’Est de la RDC traverse une crise inédite marquée par une série d’attaques meurtrières des rebelles ougandais Allied Democratic Forces –ADF/NALU (Forces démocratiques alliées) sans vergogne contre les civils confusément. Ironie du sort, cette Est est tout sauf bénie comme le son peut le laisser présager. En l’espace d’un mois, soit du 02 Octobre au 02 Novembre 2014, plus de 100 congolais ont péri dans cette aventure macabre nonobstant l’engagement de l’armée régulière dans la pacification de la région et la présence de la plus grande et hautement mission onusienne au monde. Mission qui brille par son armement et son inefficacité.

Le mutisme du gouvernement congolais dans cette affaire donne libre chemin à la désinformation. Elle fait état d’une certaine implication et complicité non voilée des anciens dignitaires, leaders incontestés et exilés politiques volontaires. Parmi eux, MBUSA NYAMWISI, « président » du RCD/KML, ancienne milice, reconvertit en parti politique de l’opposition depuis la fameuse transition de 2002. Plusieurs fois ministre, il fût candidat président de la république en 2011 avant de se désister en faveur de l’actuel chef de l’état. Il vit aujourd’hui à l’étranger pour des raisons jamais révélées à l’opinion publique. Une espèce d’exil politique qui ne dit pas son nom.
 
 La magie des technologies aidant, Kongo Yetu a eu l’occasion d’interroger directement le président Mbusa si oui ou non, il y est pour quelque chose dans l’entretien de la milice ougandaise qui est coupable des affreux et infâmes carnages des populations. Interview exclusive fictive …
 
Kongo Yetu (K.Y): Bonjour Mr Mbusa. Commençons par cette question simple, êtes-vous toujours président du RCD-KML (Rassemblement congolais pour la Démocratie Kisangani Mouvement de Libération ndlr) ? Si oui, qu’est-ce qui expliquerait votre exclusion du parti par vos militants depuis près six mois … ?
 
Mbusa Nyamwisi (M.N) : Mme, qui vous a donné mes contacts? Je préfère ne pas m’exprimer sur cette question. Là vous touchez des points sensibles qui ne se traitent pas dans les médias, plus étonnant sur un blog d’une jeune prétendue militante engagée. Je suis sincèrement désolé de ne pas être à même de fournir des réponses à vos élucubrations et ragots, et …
 
(K.Y): Puisque cette question vous fâche, sans vous couper la parole, permettez-moi d’avoir votre part de vérité dans l’affaire d’entretien de milice armée ADF-NALU. Ce ne sont pas mes mots, mais celle du chef de l’exécutif provincial, votre dauphin qui a crée son propre parti politique, il y a peu. Pour conforter cette thèse, il allègue vos propos à la RFI, selon lesquels vous étiez au courant de tueries qui allaient se perpétrer dans votre fief électoral…
 
(M.N) : Ehh Mme, allons-y doucement. Quelles sont les preuves de vos allégations? La population avait saisi les autorités de l’imminence d’une attaque des rebelles ougandais en se basant sur les tracts qui ont été jetés dans la rue, trois jours avant. Pourquoi quand c’est Mbusa qui confirme ce que les acteurs de la société civile avaient déjà dit, l’on crie à la complicité et à la trahison sans preuve matérielle. C’est une cabale politique et rien d’autre. La politique c’est un art. Ceux qui se vantent d’être intègres et plus patriotes, sont les plus souvent ceux qui ne le sont pas et endossent leurs incompétences sur le dos de leurs adversaires politiques, des boucs émissaires fortuits plutôt que d’assumer leur mission régalienne. En l’occurrence, la sécurité de personnes et de biens sur toute l’étendue du territoire national. Ils en ont les moyens…
 
(K.Y): Mais une certain opinion affirme qu’à l’aune de votre colère existe le non respect d’engagement du gouvernement congolais, qui semble-t-il vous avait promis le poste de premier de premier ministre dans le nouveau gouvernement de cohésion nationale qui traîne à être mis sur pieds. Qu’est-ce que vous avez à envier tous ce poste, ou soit le pouvoir pour le pouvoir, cher politique, jusqu’à sacrifier vos siens!!!
 
(M.N) : Je suis un citoyen congolais comme les autres. Mes droits civils et politiques n’ont jamais été entamés par qui que ce soit. L’instabilité récurrente à l’Est et pas seulement; n’ont rien à avoir avec mes ambitions politiques. Je suis un pacifiste, la preuve, je crois en la démocratie. J’ai à maintes reprises présenter ma candidature en bonne et due forme. Les belliqueux sont ailleurs et non dans mon parti, le RCD-KML. Que le politique ne distraie pas la population en accusant leurs adversaires politiques. C’est de la roublardise. Qui aime la facilité y périt; dit-onUn gouvernement responsable se doit de prévenir toute incursion sur son territoire. N’oubliez pas aussi que la MONUSCO déresponsabilise le gouvernant en couvrant les tares et failles au sein de l’armée régulière. Car elle appuie en hommes, logistique et technique une armée en mal d’efficacité sur terrain. Un jour viendra où le Congo sera seul face à son destin. On ne m’accusera pas de l’incapacité des autres alors que je ne suis pas aux affaires et même pas au pays. Même mon ombre sera accusée de traitrise. J’ai dit!

4 Des réflexions sur “Guerre à Béni : MBUSA NYAMWISI témoigne. Interview exclusive « fictive »

Laisser un commentaire